Implanter un outil de façon progressive

Implanter de façon progressive

Toutes les organisations ne sont pas au même niveau dans l’implantation du lean et de ses outils. Dans certaines, les mots lean sont d’ailleurs tabou, souvent à cause d’échecs dans le passé. Pour ces organisations un peu frileuses face à l’implantation de nouveaux outils, je vous propose d’utiliser une méthode d’implantation progressive.

Prenons l’exemple des 5S. Au lieu de mettre en place les 5S dans une zone délimitée, un secteur réduit, il est possible d’ajouter l’implantation progressive : on met en place seulement le premier « S » (éliminer). Une fois la technique bien comprise, on implante le deuxième « S », et ainsi de suite. Les équipes ont ainsi le temps de se familiariser et maitriser une partie de l’outil avant de continuer. Elles apprennent à leur rythme et grandissent avec le déploiement progressif. Dans cette approche progressive, il est possible de faire avancer toute l’organisation au même rythme, ou de faire des lancements décalés par secteur. Ce sera selon la sensibilité des gestionnaires.

Cette technique d’implantation progressive – de tout petits pas – s’applique à tous les outils et concepts du lean. C’est de l’amélioration continue au sens pur, et pour moi la meilleure façon de faire cheminer une organisation frileuse. Avec ces tout petits pas, l’engagement initial est moindre, mais une fois franchis, ils stimulent à poursuivre. Quiconque voudra utiliser cette méthode devra garder en tête son objectif final et bien choisir les petits pas à franchir.

Implantation progressive
Différents moyens d’appliquer l’implantation progressive

  • Indicateurs de performance : pour passer de vieux indicateurs à de nouveaux, plus pertinents pour piloter les opérations au quotidien, on pourra commencer par changer un indicateur, introduire la nouvelle façon de le mesurer, de le piloter.  Quand il aura fait ses preuves, il sera plus simple de revoir tous les autres.
  • SMED : on commence par observer et identifier les opérations qui peuvent être faîtes en temps masqué. Quand elles sont toutes corrigées, on s’attaque aux opérations à non valeur ajoutée (ou l’inverse).
  • Kanban : on l’introduit sur une référence, un produit qui se voit bien.
  • Management visuel : on commence par afficher un indicateur ou la pensée « lean » de la semaine, ou encore on place un tableau blanc et on réuni l’équipe autour pour donner (et y noter) les infos importantes du jour / de la semaine.
à retenir

Kaizen signifie petits pas. tous les outils d’excellence opérationnelle peuvent être implantés à petits pas, au rythme des utilisateurs.

Les commentaires sont fermés.